Rapport national France Q1-2019
« Le marché reste en plein essor et la fin du cycle n’est pas en vue. »

Chères lectrices, chers lecteurs,

Le paquet de mesures à hauteur de 10 milliards d’euros annoncé par Emmanuel Macron a très certainement contribué aux prévisions optimistes établies pour la France cette année, dont la croissance économique devrait être supérieure à la moyenne européenne. Autre raison qui explique cet état de fait : la France exporte beaucoup moins que l’Allemagne par exemple, et dépend donc moins de l’économie mondiale. À l’heure actuelle, cette situation profite à notre économie. L’industrie de l’immobilier continue elle aussi d’évoluer sous de bons auspices. À tel point que l’offre ne parvient désormais plus à combler la demande, notamment en ce qui concerne les bureaux. Le taux de vacance de 2,3% à Paris et 5,4% en province le montre clairement. Certes, le rythme de construction est toujours aussi important, mais la demande est tout simplement forte. L’intérêt des investisseurs étrangers n’a pas faibli non plus : le marché reste en plein essor et la fin du cycle n’est pas en vue.


Anne-Isabelle Carbonnières

Contact

Mme. Anne-Isabelle Carbonnières
Managing Director France

Téléphone: +33 1 550 484 85
E-mail: Anne-Isabelle.Carbonnieres@Deutsche-Hypo.de

Remontée de l’indice REECOX pour la France en début d’année

Après une évolution nettement négative fin 2018, l’indice REECOX pour la France, qui n’a ainsi pas échappé à la tendance paneuropéenne générale, a pris un tournant réjouissant au premier trimestre 2019 : sur l’ensemble des trois mois, il a enregistré une croissance constante qui se traduit globalement par une augmentation de 3,2%, avec un indice de 228,3 points.

Hausse à deux chiffres pour les marchés boursiers

À l’échelle des variables d’entrée, les taux de variation fluctuent énormément. L’indice boursier de référence français CAC 40 a enregistré une progression indéniable : partant d’un cours de clôture inférieur à 5 000 points en janvier, il a augmenté de manière assez régulière pour atteindre environ 5 350 points à la fin du trimestre, ce qui correspond à une variation de 13,1% par rapport au trimestre précédent.

L’indice immobilier FTSE EPRA/NAREIT France a lui aussi apporté une contribution significative à cette évolution générale. Après une hausse notoire en janvier, le cours a légèrement augmenté pendant les mois suivants, s’établissant actuellement à environ 3 733 points, soit une augmentation totale de 14,3%.

Toutefois, cette tendance générale à la hausse ne semble cependant pas trouver d’écho auprès des experts dans le cadre de l’indicateur de climat économique (ESI). Avec 101 points en mars 2019, celui-ci n’a affiché qu’une légère croissance de 0,5%, toujours inférieure au niveau d’octobre 2016.

Synopsis des variables d’entrée et desconjonctures immobilières Q1-2019

Pays

Indice de référence des actions

Indice immobilier

Indicateur conjoncturel

Taux d’intérêt de base

Taux d'intérêt des emprunts d’État sur 10 ans

Q4-1801/1902/19Q1-19Delta (%)
Q4-18 / Q1-19
DE
upup
up
do
eq
do
298,2
303,4
300,8
303,4
1,7
GB
up
upup
dodo
eq
do
204,9
205,5
200,7
205,1
0,1
PL
up
upup
do
eq
do
187,5
185,9
186,5
187,6
0,1
NL
upup
up
do
eq
do
191,3
190,4
190,7
191,4
0,1
FR
upup
upup
do
eq
do
223,7
225,4
225,9
228,3
2,1
ES
up
upup
up
eq
dodo
191,8
196,4
196,5
199,3
3,9